• Le sujet de l’examen PMI présenté aux candidates à la place de celui de pédiatrie

    Scandale à l’école paramédicale de Tizi Ouzou

     

    L’examen de diplôme d’Etat des sages -femmes a été entaché d’une grave dérive hier, à Tizi Ouzou : un sujet a été présenté aux candidates à la place d’un autre.
    Ca ne peut être assimilé qu’à une fuite de sujet concernant ce qui s’est passé hier, au niveau de l’école paramédicale de Tizi Ouzou lors de l’examen de diplôme d’Etat de sage- femme. Il se trouve, en effet, selon des indiscrétions, que le sujet de l’épreuve de protection maternelle infantile (PMI), une épreuve prévue pour aujourd’hui, a été lu hier, à la place de celui de l’examen de pédiatrie qui était au programme. Selon nos sources, ce sont les candidates elles mêmes qui se sont rendues compte qu’il s’agissait bel et bien du sujet de PMI qui leur a été présenté. Stupéfaites, elles qui se sont préparées pour l’examen de pédiatrie, les candidates ont vite avisé leurs surveillants en leur indiquant que ledit sujet n’était pas le bon. " Vous faites la lecture d’un sujet de PMI ! ", signalent-elles. Aussitôt, le directeur du centre d’examen a été alerté. Le " mauvais " sujet a été vite récupéré, mais après quoi ? Celui-ci a été déjà lu. " C’est une fuite de sujet pure et simple " déclare- t-on. Précisons ici qu’il s’agit d’un examen national. Autrement dit le même sujet sera soumis aux candidates au niveau des écoles du pays. " Avec les moyens d’aujourd’hui, je veux dire l’Internet, ça ne risque pas que les questions comportées dans le sujet fassent le tour du pays en un laps de temps", ironise-t-on. Selon nos sources, le directeur du centre a signifié aux surveillants qui ont attiré son attention que le sujet sera retiré complètement et sera remplacé par un autre qui sera soumis aujourd’hui, aux futures sages- femmes. Cela relève, en fait d’une évidence d’autant qu’il s’agit quand même d’un examen de diplôme d’Etat pour des futures sages -femmes. Une corporation qui sera appelée à assurer des responsabilités dans un secteur sensible. Le ministère de la tutelle devrait donc être avisé sur cette " gaffe ". Que fera la tutelle ? L’examen de PMI concerné par cette affaire, est programmé pour aujourd’hui. Le ministère va certainement opter pour le retrait du sujet et mettre en place un autre questionnaire qui ne peut être que " bâclé " estime- t-on du côté des étudiantes. La tutelle est appelée à agir en catastrophe, elle qui est prise de court, cela même si elle ne choisit pas l’autre option qui consiste à opter complètement pour le report de l’épreuve dans le cas où, bien sûr, elle n’a urait pas prévu de solution de rechange qui consiste en la présentation d’un autre sujet déjà préparé comme cela se fait dans ce genre d’examen. Il faut signaler ici que cette histoire s’est produite dans l’après- midi. L’examen était programmé entre 13h 30 et 15h 30. Cela pour dire que même s’ils étaient alertés, le ministère et les responsables concernés auront une marge de manoeuvre réduite dans le temps.
    Quoi qu’il en soit, le mal est fait et l’on se demande comment cela a pu se produire. On peut supposer qu’il ne s’agit-là que d’une erreur. Même si c’est le cas, les conséquences ne peuvent être que néfastes.

     

    M.O.B

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ils se sont rendus, hier au ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière

    Les étudiants de la formation paramédicale, à titre privé, dans le flou

    Les étudiants de la formation paramédicale, à titre privé, ne savent plus à quelle autorité se plaindre. Et pour cause, la Fonction publique refuse de les recruter dans les différents établissements hospitaliers publics. 

    « Il était question d’intégrer l’école privée et celle militaire dans le projet de statut particulier des paramédicaux », nous informe un des étudiants, et de préciser que « depuis, rien n’est fait dans ce sens ».
    Ce collectif des élèves paramédicaux de l’établissement privé Hadid de Tizi-Ouzou, en appelle aux 16 autres écoles de formation en la matière à travers le pays, estime dans une missive envoyée, hier, au ministre de la Santé, que « la Fonction publique qui rejette de fait leurs candidatures à des postes budgétaires est incompréhensible ».
    Ces étudiants se demandent comment « on nous ouvre les portes de la formation, on crée des écoles et en fin de parcours, on nous refuse le travail dans la Fonction publique ».
    Dans leur courrier adressé au ministre de la tutelle, ils indiquent que, soucieux de leur avenir professionnel, ils sollicitent le ministre afin « de nous éclairer sur les dispositions prises dans le cadre des textes en élaboration, quant à notre formation et insertion professionnelle, après obtention du diplôme d’Etat ».
    Les étudiants relèvent, dans leur courrier que, leurs camarades diplômés aux sessions précédentes, 2010, ne sont pas recrutés au sein des établissements publics à l’instar de leurs homologues issus de la formation étatique.
    Les étudiants ont précisé qu’hier, M. Aouicher, directeur de l’Institut national pédagogique de la formation paramédicale, qui les a reçus hier, a informé qu’une réunion le regroupant avec la Fonction publique était tenue hier après-midi.
    Devant la problématique posée par les étudiants, M. Aouicher a estimé que « j’arrêterai la formation dans les écoles privées si le fruit de cette formation est rejeté par la Fonction publique ».
    Une manière pour ce responsable de souligner l’inadéquation entre le fait de « tolérer » une formation dispensée par le privé et le refus de la Fonction publique de recruter ces mêmes étudiants, qui, après de grands sacrifices pour décrocher un diplôme, se retrouvent dans un flou total.

    M. M.



    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



  • L'école paramédicale est située dans la région centre est.



    Locaux Pédagogiques

    la capacité pédagogique de l'école est : 650 places

      Nombre Capacité Etat des Lieux
    Salle(s) de cours 12 350 Bon
    Salle(s) de TP 03 45 Bon
    Laboratoire(s) 03   Bon
    Amphithéâtre(s) 02 300 Bon
    Salle de conférence 01 20 Bon
    Salle d'Informatique 01 20 Bon
    Centre Documentaire 01 108 Bon
    Salle de Projection 01 30 Bon



    Hébergement :

    *         Trois Bloc d’Internat :

              Un bloc pour les garçons : 100 places

                       Deux blocs pour les filles : 244 places

    Autres Locaux :

              Direction générale

     

             Direction des Études et des Stages

             Un cabinet médical

             Un bureau pour les consultations  psychologiques

             Deux réfectoires

             Un foyer

             Une salle de gym

    Personnel :

             Directeur : 01

             Directeur des études et des stages : 01

             Corps enseignant :  16 Enseignants

             Corps administratif : 29

             Médecins : 02

             Corps technique de service : 40

             Agents vacataires : 14     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Histoire de la formation Paramédicale à Tizi-ouzou

    L'histoire de la formation paramédicale de la wilaya de Tizi-ouzou (ex grande Kabylie) remonte à l'année 1958 par la création d'une unité de formation au sein de L'hôpital NEDIR Mohamed (ex . NAEGELLAN).
    Cette formation se faisant dans le cadre de L'A.P.A (Assistance Publique Algérienne).
    Le public concerné était aussi bien interne (personnel hospitalier) qu'externe. Bien entendu, le recrutement se faisait sur la base d'un concours et la durée des études était de deux années scolaires.
    L'encadrement était assuré par le personnel médical et paramédical de l'hôpital.
    Cette unité de formation n'avait pas encore d'existence autonome et faisait appel surtout au bénévolat.
    En 1962, l'accent a été mis sur la formation en cours d'emploi et le perfectionnement avec le concours d'enseignants étrangers principalement Suisse et Français sollicités par le biais de la croix rouge.
    La première promotion est sortie en 1964.
    C'est à cette date (1964) qu'a eu lieu l'officialisation de la formation paramédicale.
    La gestion était dévolue au directeur de la santé de Wilaya ( ordonnateur) et un gestionnaire a été détaché ainsi qu'un groupe de moniteurs prélevé parmi le personnel hospitalier .
    la formation paramédicale a donc bénéficie à cette date d'un personnel permanent pour assurer la gestion du quotidien et l'encadrement des élèves. De 1964 à ce jour, le champ d'action de la formation paramédicale s'est élargi.
    En 1973, le décret n° 73/79 du 05 juin 1973 a consacré la création de l'école de formation paramédicale de la Wilaya de Tizi-ouzou.
    Le nouveau siège, d'une capacité de 350 places pédagogiques a été inauguré en 1983, Vous pouvez le découvrir à travers ce Site Web.

     

     


    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique